L’insonorisation contre la nuisance sonore

Il existe trois types de parois :

Les parois simples

Les parois simples

Les parois simples

Elles ont une structure homogène et sont composées d’un seul matériau : béton, briques, parpaings, béton cellulaire, carreaux de plâtre.

Elles sont d’autant plus performantes sur le plan de l’isolement acoustique qu’elles sont lourdes et étanches à l’air : elles s’opposent aux transmissions du bruit par leur masse.

Les parois doubles

Les parois doubles

Les parois doubles

Elles sont constituées de deux éléments indépendants (plaques de plâtre, briques désolidarisées) séparées par une lame d’air dans laquelle est placé un matériau absorbant (généralement en laine minérale de verre ou de roche).

Les parois complexes

Elles sont constituées de l’association d’une paroi simple et d’un doublage acoustique. Ce doublage comprend un matériau souple : laine minérale ou polystyrène expansé élastifié d’épaisseur variable (minimum : 40 mm) et un parement dur en plaque de plâtre, désolidarisé de la paroi.

L’isolation d’une paroi existante
Si la paroi n’est pas étanche à l’air (briques mal jointes, parpaings mal montés), un gain d’isolation sensible peut être obtenu en réalisant un enduit plâtre ou ciment.

Si la paroi n’apporte pas une isolation acoustique satisfaisante au bruit aérien, il faut procéder à son renforcement, selon l’un des trois procédés suivants :

Les complexes de doublage à coller

Les complexes de doublage à coller

Les complexes de doublage à coller

Il s’agit de produits industriels finis, disponibles prêts à l’emploi chez les négociants et dans les magasins spécialisés.

Ils sont constitués d’un panneau de laine minérale ou de polystyrène expansé élastifié, de 40 à 100 mm d’épaisseur collé sur une plaque de plâtre. La performance acoustique varie selon le produit isolant et l’épaisseur. Plus la couche isolante est épaisse plus la performance acoustique est élevée. Le renforcement acoustique est obtenu par collage sur la paroi initiale.

Ces produits seront réservés aux murs droits et en bon état. Si ce n’est pas le cas, voyez les procédés suivants.

Les doublages sur ossature métallique

Les doublages sur ossature métallique

Les doublages sur ossature métallique

Ces doublages se réalisent sur place à partir de profilés métalliques, qui constituent l’ossature, d’une lame d’air remplie partiellement d’isolant (laine minérale ou mousse acoustique) et de plaques de plâtre. On veillera à ne pas comprimer l’isolant.

Cette technique d’isolation acoustique s’applique aussi pour les plafonds.

Les contre-cloisons maçonnées désolidarisées

Les contre-cloisons maçonnées désolidarisées

Les contre-cloisons maçonnées
désolidarisées

Une contre-cloison, en brique, carreaux de plâtre, blocs de béton cellulaire, désolidarisée du gros ouvre par une bande élastomère (d’épaisseur 5 mm et de largeur égale à l’épaisseur de la cloison enduite) permet également une amélioration sensible.

En matière d’isolant acoustique, nous déconseillons l’utilisation de complexes de doublage à fonction uniquement thermique (en polystyrène expansé ou extrudé ou en mousse de polyuréthane rigide associés à une plaque de plâtre). Ils peuvent dégrader la performance acoustique de la paroi lourde en béton banché.Ils sont donc principalement utilisés en doublage des murs de façade des logements et non en murs séparatifs.

nota bene: le polystyrène expansé élastifié, contrairement au polystyrène expansé ou extrudé, est un isolant acoustique.

Introduction
Aujourd’hui, le bruit est devenu une réelle pollution, à la ville et à la campagne : voitures, ambulances, voitures de polices, tondeuses, télévisions, chaînes Hi-Fi, voisins, autoroutes, aéroports, créent un environnement sonore nuisible pour l’équilibre humain. Dans un logement, le bruit est transmis par la structure du bâtiment et par l’air avant d’arriver jusqu’à votre oreille. Le bruit se propage d’un logement à l’autre, de l’extérieur vers l’intérieur du bâtiment suivant des chemins parfois complexes. L’observation d’un logement permet de détecter des points faibles acoustiques par lesquels le bruit pénètre.On distingue différents types de bruits : les bruits aériens extérieurs, les bruits aériens intérieurs et bruits de chocs, les bruits d’équipements. Nous allons les étudier plus en détail:

  • Les bruits aériens extérieurs – Il s’agit des bruits provenant de l’extérieur : la rue, le trafic routier, une usine, un chantier, un aéroport, une gare… Vous devez isoler les ouvertures (fenêtres, portes) car ce sont les points faibles. De plus, là où l’air passe, le bruit passe.
  • Les bruits aériens intérieurs et bruits de chocs – Les bruits aériens intérieurs sont principalement les bruits de conversation, la télévision, la chaîne Hi-Fi… du voisin, bien sûr ! Les bruits de chocs sont les bruits de pas, de chutes d’objets… toujours du voisin ! Il semblerait que l’on n’entende pas le bruit que l’on fait soi-même. Vous pouvez réduire le bruit à la source. Régler le problème à l’amiable est la meilleure solution, quand c’est possible ! Mais c’est parfois insuffisant. Aussi, vous pouvez améliorer l’isolation de votre logement. Pour cela, vous devez impérativement identifier le cheminement du bruit avant d’intervenir : les murs, cloisons et sols contribuent à la transmission du bruit
  • Les bruits d’équipements – 1) Les bruits d’équipements collectifs : Ces bruits peuvent provenir des équipements collectifs de l’immeuble : équipements de chauffage, ventilation mécanique contrôlée (VMC), ascenseurs, chaudières, vide-ordures, canalisations, porte de garage, etc. ; 2) Les bruits d’équipements individuels : Ils proviennent de vos installations ou de celles de vos voisins : chaudière murale, chasse d’eau, robinetterie, ventilation, etc. Sur ses propres équipements, l’occupant peut veiller lui-même au calage des équipements ménagers comme les lave-linge, lave-vaisselle, etc. Ce sont des mesures simples qui sont efficaces, rapides et peu onéreuses.

Les bruits passent :

  • par la paroi séparative (mur, plancher / plafond ou cloison) : c’est la transmission directe ;
  • par les parois autres que la paroi séparative : ce sont les transmissions indirectes ou latérales ;
  • par les défauts localisés (boîtiers électriques) et elles sont souvent dues au manque d’étanchéité à l’air (fissures dans les murs, manque de joints aux fenêtres, jonctions entre ouvrages, etc) : ce sont les transmissions parasites.

Charte de bon voisinage

1. Je n’ai pas le droit de gêner mes voisins, ni le jour, ni la nuit.

2. À la maison, je marche avec des chaussons, des chaussettes ou nu-pieds.

3. J’évite de courir dans l’appartement.

4. Je m’habitue à ne pas crier et je constate qu’on me comprend quand même.

5. Je modère le son de ma télévision et de ma chaîne Hi-Fi.

6. J’achète des appareils électroménagers silencieux et je ne les fais pas fonctionner la nuit.

7. Je bricole et je tonds la pelouse à des horaires acceptables par tous.

8. Je ne claque pas les portes.

9. Je descends les escaliers sans faire trop de bruit.

10. J’apprends à mon chien à ne pas aboyer inconsidérément.

Améliorez l’isolation acoustique de votre logement
Vous avez décidé d’entreprendre des travaux d’isolation dans votre logement. Si vous pouvez mettre en oeuvre quelques solutions, n’oubliez pas que seul un acousticien est en mesure de vous fournir un diagnostic complet et de qualité,éventuellement assorti d’une garantie de résultat
Pour vous assurer une certaine garantie, il existe des certifications et labels tels que :

  • la certification Cekal qui atteste de la performance acoustique et thermique du vitrage. Elle définit six niveaux de performances croissantes, de AR1 à AR6 ;
  • le label Acothermqui est décerné aux fenêtres offrant de bonnes qualités acoustiques et thermiques. Il définit quatre niveaux AC1 à AC4.

D’autres certifications existent pour les fenêtres, les portes, les entrées d’air…

Dans un milieu compressible, le plus souvent dans l’air, le son se propage sous forme d’une variation de pression créée par la source sonore. Seule la compression se déplace et non les molécules d’air, si ce n’est de quelques micromètres. Le son se propage également dans les solides sous forme de vibrations des atomes appelées phonons. Là encore, seule la vibration se propage, et non les atomes qui ne font que vibrer très faiblement autour de leur position d’équilibre.

Choisissez des produits certifiés, c’est une présomption de bonne qualité.

L’isolation contre les bruits aériens extérieurs
Découvrez des solutions techniques pour répondre à vos besoins d’isolation. Elles sont uniquement valables pour des façades lourdes (béton, pierres, briques)et pour les fenêtres de dimensions courantes (surfaces vitrées limitées à environ 1/3 de la façade).L’isolation acoustique, pour être efficace, nécessite un traitement global car le bruit se transmet toujours par la voie « la plus faible ». Un acousticien pourra vous indiquer la solution la plus performante à votre problème.

Les fenêtres : plusieurs niveaux d’isolement

L’isolement de façade courant (d’environ 30 dB) s’obtient en réalisant des travaux légers d’amélioration de l’étanchéité de la fenêtre par la pose de joints. Un préalable : votre fenêtre doit être en bon état.Vous avez un large choix de joints :

  • en mousse, faciles à poser mais peu durables et peu efficaces sur le plan acoustique ;
  • en résine durcissable, faciles à poser et plus durables ;
  • à lèvre métallique, exigeant un réel savoir-faire pour la pose.

Si vos fenêtres sont équipées d’un vitrage simple peu épais (3 mm), la pose d’un double vitrage classique, de type 4-6-41 ou 4-12-4 (certification Cekal AR1) n’apportera qu’une faible amélioration acoustique. En revanche, vous serez mieux isolé du froid. Pour une bonne amélioration acoustique, passez directement au double vitrage asymétrique de type 10-6-4 (certification Cekal AR3) et vous pourrez obtenir un isolement de façade performant (cf paragraphe suivant). L’isolation acoustique du double vitrage est améliorée en ayant des épaisseurs de verre différentes de part et d’autre de la lame d’air.

[1] : un verre de 4 mm d’épaisseur, une lame d’air de 6 mm d’épaisseur, un verre de 4 mm d’épaisseur.

Pour un isolement de façade performant

L’isolement de façade performant (d’environ 35 dB) s’obtient de deux manières différentes :

  • le remplacement du simple vitrage par un double vitrage asymétrique10-6-4.

Vous pouvez effectuer ce remplacement si l’épaisseur de la menuiserie le permet et refaire l’étanchéité de la fenêtre par la pose de joints. Ce vitrage est plus lourd et nécessite parfois le renforcement de la structure de la fenêtre ;

  • le remplacement de la fenêtre par une nouvelle fenêtre posée sur le dormant existant.

Vous pouvez effectuer ce remplacement si l’état de votre dormant le permet et choisir un vitrage 10-10-4. Il est parfois nécessaire de changer le dormant s’il est en mauvais état. Dans ce cas, vous pouvez effectuer ce remplacement par un ensemble (dormant + ouvrant) sous certification Acotherm AC2.

Optez de préférence pour des doubles vitrages à isolation thermique renforcée (VIR) pour une bonne performance thermique.

Le survitrage, vitrage supplémentaire qui se pose sur le châssis d’une fenêtre équipée de simple vitrage, est mal adapté à l’isolation acoustique.

Pour un isolement de façade très performant

L’isolement de façade très performant (d’environ 40 dB) peut s’obtenir de deux manières différentes :

  • le remplacement de la fenêtre par une nouvelle fenêtre équipée d’un à double vitrage haute performance de type « feuilleté acoustique » : le nouveau dormant doit être soigneusement calfeutré, par exemple par des mastics adaptés ; il vaut mieux éviter le colmatage par des mousses. Dans tous les cas, l’étanchéité entre le dormant (ancien ou nouveau) et le gros oeuvre (maçonnerie) doit être assurée, en utilisant par exemple un mastic à la pompe ;

Si vous choisissez d’installer une nouvelle ou une deuxième fenêtre à l’extérieur et que cela entraîne une modification d’aspect de la façade, assurez-vous auprès de la copropriété et de la mairie que vous êtes dans votre droit, notamment dans le cas d’un bâtiment classé monument historique.

Deux fenêtres

Deux fenêtres

  • l’ajout à la fenêtre existante d’une deuxième fenêtre équipée d’un simple vitrage d’épaisseur au moins égale à 6 mm. Cette deuxième fenêtre se pose indifféremment à l’extérieur ou à l’intérieur. La distance entre les deux fenêtres doit être d’au moins 12 cm.Cette technique est la plus sûre pour obtenir de bons résultats, encore faut-il que l’architecture du bâtiment ou la configuration des pièces permette sa mise en oeuvre.

Il existe deux types de vitrage feuilletés. Les feuilletés destinés à la sécurité (pare-brise de voiture) et les feuilletés acoustiques qui intègrent une résine spécifique. De nouveaux produits remplissent les deux fonctions.

Les coffres de volets roulants : des points faibles acoustiques
La plupart des coffres sont situés à l’intérieur des logements. Vous pouvez les améliorer en réalisant les travaux suivants :

  • la pose de joints silicone entre la plaque de fermeture et le plafond ;
  • la pose d’absorbants et isolants acoustiques à l’intérieur du coffre ;
  • le renforcement du coffre par adjonction ou remplacement de plaques en bois ou en plâtre.

Si vous avez réalisé l’amélioration de l’isolation contre les bruits aériens extérieurs, les bruits intérieurs du bâtiment (ascenseur, vide-ordures, voisinage, etc.) que vous n’entendiez pas jusqu’alors peuvent apparaître.

La ventilation : laissez passer l’air, limitez le bruitLe renouvellement de l’air des volumes intérieurs est un problème important dans le domaine de l’architecture et de la conception des habitacles. Ses enjeux concernent le confort, la santé, mais aussi les économies d’énergie.
La ventilation peut être passive ou mécaniquement assistée.La pollution intérieure est la désignation de toutes les formes de pollution touchant les milieux clos tels que les habitations ou les lieux de travail. De nombreuses sources de polluant plus ou moins toxiques contribuent à former un environnement dangereux pour l’homme sur le long terme. La pollution de l’air intérieur est le problème le plus étudié. Ce domaine a été longtemps occulté par celui de la pollution de l’air ambiant, extérieur.Voici quelques sources de pollution intérieure :

  • les aérosols, dont spores de moisissures;
  • le tabagisme;
  • poussière, fibres et particules (d’origines biologique ou minérales ou provenant des fumées (cuisson, tabagisme…);
  • les microbes (bactéries, virus..);
  • les émanations, dont de formaldéhyde et autres composés organiques volatils provenant des peintures, colles, vernis, et les pesticides qui s’évaporent du bois qui en a été imprégné, ou ceux qui ont été utilisés par les usagers (bombes insecticides ou acaricides par exemple, ou produits antiparasitaires utilisés sur les animaux domestiques)….;
  • la cuisson électrique et/ou au gaz des aliments (grillades, fritures, notamment les cuissons à haute température (au four, en friture) sont sources de nombreux micro-polluants;
  • le radon;
  • les produits ménagers, désinfectants chlorés notamment libèrent des substances chimiques toxiques dégradant la qualité de l’air intérieur du logement, même s’ils contribuent par ailleurs quand ils sont bien utilisés à assainir certaines parois;
  • Nanoparticules : par leur finesse et parce qu’elles se comportent comme des gaz elles pénètrent facilement les habitations à partir de l’extérieur;
  • etc.

La ventilation est indispensable :

Pour la santé et la sécurité des habitants.

En présence d’appareils à combustion, il s’agit d’éviter les risques d’intoxication par le monoxyde de carbone.

Pour cela, il faut avoir une alimentation suffisante en air neuf venant de l’extérieur (ne bouchez jamais une arrivée d’air !), une évacuation satisfaisante des fumées ainsi qu’un entretien correct des appareils.

Pour le confort et l’hygiène des habitants.

La ventilation permet d’introduire de l’air de l’extérieur et d’évacuer l’air intérieur pollué.

Pour la réduction des condensations qui dégradent le bâti.

Une ventilation correcte (système de ventilation naturelle ou mécanique) renouvelant l’air en permanence est essentielle pour votre santé, l’hygiène de vie et la pérennité des parois. C’est la raison pour laquelle il faut veiller à installer des entrées d’air efficaces en façade.

Généralement, elles sont placées dans les traverses hautes des fenêtres (dans l’ouvrant ou le dormant selon les possibilités) des pièces principales du logement, séjour et chambres. Choisissez des entrées d’air « acoustiques» : elles sont conçues pour laisser passer l’air en limitant le passage du bruit.

Ne supprimez jamais la ventilation

Bien au contraire, veillez à ce qu’elle persiste avec le renforcement acoustique. Si on ne ventile pas, les désordres comme les moisissures, le décollement des revêtements muraux, les odeurs désagréables apparaissent.

Entretien de la ventilation

Pensez à nettoyer le système de ventilation (entrées d’air et bouches d’extraction) de façon régulière

L’isolation contre les bruits aériens intérieurs
L’isolation contre les bruits de chocs
En plus de l’isolation aux bruits aériens qui répond aux mêmes règles que celles des parois verticales, les planchers doivent également procurer un isolement aux bruits de chocs.

L’isolation des planchers contre les bruits de chocs

Les traitements d’isolation des planchers consistent à réduire la transmission de l’intensité des chocs sur le support puis dans le plancher lui-même.Trois traitements sont possibles :

Les revêtements de sol

Les revêtements de sol

Les revêtements de sol

Il s’agit de moquette épaisse, dalle souple, parquet sur lambourdes flottantes.

Les chapes flottantes

Les chapes flottantes

Les chapes flottantes

Elles associent un support de désolidarisation de quelques millimètres à une chape de béton de quelques centimètres qui pourra ensuite recevoir le revêtement de votre choix.

Les supports de désolidarisation sont généralement composés de laine minérale ou de plastique alvéolaire acoustique.

L’isolation du son des instruments de musique posés à même le sol
Un acousticien effectuera une étude acoustique préalable qui pourra aboutir à la mise en oeuvre de planchers spéciaux.

Les dalles flottantes

Elles constituent la protection la plus lourde et associent un isolant thermique et acoustique incompressible à une dalle de béton armé. Ce procédé entraîne certaines contraintes dans l’habitat existant : surcharge sur le plancher, relèvement des seuils de porte.

L'isolation des plafonds

L’isolation des plafonds

L’isolation des plafonds

Si vous ne pouvez pas intervenir sur le plancher de votre voisin, vous pouvez en revanche isoler votre plafond.

Vous pouvez installer un plafond suspendu constitué de plaques de plâtre vissées sur une ossature métallique. L’espace entre le plafond et le plafond suspendu est garni de laine minérale. En plafond, il ne faut pas coller un complexe de doublage. Il faut savoir que cette technique n’assure qu’une protection partielle dans la transmission des bruits de chocs.

L’isolation contre les bruits d’équipements individuels

Le bruit des baignoires

Dans le cas des baignoires métalliques, vous pouvez réduire le rayonnement de la baignoire en amortissant la face cachée à l’aide de plaques adhésives visco-élastiques. Une autre solution consiste à désolidariser totalement la baignoire. Elle est uniquement envisageable dans le cadre de travaux de rénovation.

L’emploi de plots souples sous les appuis et d’étanchéité périphérique à l’aide de mastic silicone donne de bons résultats. Il est possible de combler le vide sous la baignoire par de la laine minérale ce qui réduit l’effet de résonance.

Le bruit de la robinetterie

Tenez compte de la qualité acoustique dans le choix des robinets. Leurs performances acoustiques sont indiquées par un indice « Ds » mesuré en laboratoire. Il s’exprime en dB(A). Plus il est élevé, plus le robinet est silencieux.

Des vibrations peuvent provenir d’une anomalie du circuit hydraulique. Il est nécessaire de les identifier et de les repérer : coude à angle droit, piquage perpendiculaire, changement de section.

Le bruit de remplissage de la chasse d’eau

Un réglage du débit de remplissage apporte une amélioration en supprimant le sifflement. Vous pouvez également régler le flotteur.

Il faut savoir qu’il existe des robinetteries de chasse d’eau dites « acoustiques ».

L’isolation contre les bruits d’équipements collectifs
Certains équipements collectifs peuvent générer des nuisances sonores particulièrement gênantes. La solution nécessite alors l’intervention d’un acousticienqui réalisera un diagnostic à la demande de votre syndic.

Les bruits de canalisation

Le bruit émis par une canalisation dépend de sa nature (cuivre, plastique ou acier), des matériaux de la paroi qui la supportent et de la vitesse de circulation de l’eau.

Il s’agit de réduire la pression d’eau si celle-ci est trop importante.

L’essentiel de la gêne acoustique provient des colliers simples qui jouent le rôle de transmetteurs du bruit aux parois de fixation. Vous avez à votre disposition deux solutions pour remédier à cette gêne en supprimant la liaison mécanique rigide « canalisation-paroi » :

  • le démontage du demi-collier apparent et la réduction du contact de la canalisation avec le collier. Pour cela, vous interposerez une pièce en caoutchouc. Cette opération doit être conduite sur toutes les parois légères supportant une canalisation ;
  • le démontage des deux demi-colliers et leur remplacement par des colliers garnis de mousse appelés « colliers anti-vibratiles ».

Si la canalisation est dans une gaine (cas des descentes d’eau usées), il est possible de combler le vide dans la gaine par de la laine minérale. De plus, on peut aussi isoler la paroi existante.

Le bruit de la VMC (ventilation mécanique contrôlée)

La VMC peut engendrer des troubles acoustiques. Il sera alors nécessaire de déterminer l’origine de ces bruits et leur mode de propagation :

  • les vibrations mécaniques du moteur peuvent provoquer des bruits qui sont transmis par le piétement ou le socle de l’extracteur.Pour pallier cette nuisance, il faut désolidariser la machine du sol avec des plots souples sous les appuis et insérer des manchons souples entre la machine et les canalisations. Dans certains cas, il est nécessaire de placer la machine sur une dalle flottante reposant sur un isolant prévu pour cette application. Faites appel à un acousticien ;
  • le ronronnement du ventilateur transmis par propagation aérienne à l’intérieur des gaines.Pour y remédier, vous pouvez faire équiper les gaines d’un silencieux venant s’incorporer entre le ventilateur et les bouches d’extraction ;
  • le sifflement des bouches d’extraction causé par une aspiration d’air trop rapide ou une mauvaise étanchéité avec la paroi dans laquelle elle est insérée.Un réglage de l’installation, le changement des bouches ou leur lavage (à l’eau chaude additionnée d’un détergent doux) peut suffire à atténuer le problème.
L’isolation acoustique et aérienne des portes intérieures
Les portes palières(porte qui s’ouvre sur un palier; plate-forme aménagée entre deux volées d’escalier ou donnant accès aux locaux situés au même étage) ou plus communément porte d’entrée assurent l’accès aux logements en immeuble collectif.Les portes intérieures sont celles qui se trouvent dans les logements et dans les parties communes. La porte intérieurepermet la communication ou l’isolement d’une pièce avec une autre zone : pièce, couloir, placard, garage… Les portes ont également une fonction décorative.À l’intérieur des logements dont l’aération est assurée par une ventilation mécanique, les bas de portes présente un jour ; on dit queles portes sont détalonnées.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s