La pollution sonore

Les sons perçus par l’oreille humaine sont souvent agréables, souhaités, recherchés, mais quand ils sont non désirés, qu’ils sont intenses, déplaisants ou inattendus alors ils deviennent bruits. Les sons et les bruits accompagnent toute action de vie de l’homme.

L’écologie émerge dans le débat contemporain comme le facteur de décision incontournable. En outre, l’environnement devient une question primordiale au même titre que la santé ou que l’économie. Toutefois, la diversité des enjeux soulevés par les connaissances écologiques et/ou ergonomiques est fragmentée entre divers milieux sociaux, techniques, et professionnels qui se connaissent peu et qui échangent encore insuffisamment. L’établissement des passerelles et la mise en relation des divers acteurs sont plus que jamais une nécessité de nos jours. La conformation des décisionnaires, chercheur et société civile doit être favorisé afin d’améliorer les résultats dans ce domaine.

Les nuisances sonores sont au cœur des problèmes de la société moderne. Les modes de vie actuels accentuent ce genre de pollution. Ces nuisances affectent la santé, exacerbent les nerfs, accentuent le stress et troublent les humeurs des personnes. Un nombre croissant de publications scientifiques est consacré aux effets adverses du bruit sur la santé. Les scientifiques découvrent progressivement que l’exposition chronique des populations aux bruits divers de l’environnement est susceptible de provoquer des dommages sanitaires très divers.

La notion de pollution sonore regroupe généralement des nuisances sonores, provoquées par diverses sources, dont les conséquences peuvent aller d’une gêne passagère, mais répétée à des répercussions graves sur la santé, la qualité de vie et/ou sur le fonctionnement de la personne et d’un écosystème. Une grande partie de la population urbaine mondiale est confrontée à des nuisances sonores, et en particulier les riverains de routes, de voies ferrées, d’aéroports, de ports et de certaines usines ou zones d’activité. Les voisins de discothèques, de carrefours fréquentés, etc. le sont aussi.

La pollution sonore est donc caractérisée par un niveau de bruit élevé au point d’avoir des conséquences sur la santé humaine et l’environnement. Le confort acoustique est un élément souvent négligé des espaces intérieurs. Or l’équilibre psychologique et la productivité au travail des occupants y sont intimement liés. Un bon confort acoustique a une influence positive sur la qualité de vie au quotidien et sur les relations entre usagers d’un bâtiment. Bien que très sensible, le bruit de voisinage est une problématique de nuisance. Parmi les bruits les plus durement ressentis figurent les bruits de voisinage. Pour mettre fin à des bruits de voisinage, il est préférable d’adopter une démarche amiable, éventuellement en ayant recours à un médiateur, ou à une démarche de conciliation. Isoler son logement contre le bruit nécessite de bien détecter la structure qui transmet le bruit ou les ouvertures, même minimes (fissures) qui laissent passer le bruit : car là où l’air passe, le bruit passe. Que ce soit une correction acoustique d’un local ou une isolation acoustique contre un bruit extérieur, il est important de poser le bon diagnostic de la cause de l’inconfort et d’envisager les solutions avec des spécialistes.

La pollution sonore est dans la ligne de mire des responsables européens, mais la tâche est énorme : cela obligerait les villes à revoir leurs infrastructures et à limiter la circulation automobile. Des mesures pas forcément populaires et qui, surtout, coûteraient des milliards d’euros [*]. Selon une étude européenne, les élèves des établissements scolaires situés à proximité d’un grand aéroport ont davantage de difficultés d’apprentissage, en particulier dans l’acquisition de la compréhension du langage écrit. Les auteurs observent une relation inverse entre l’intensité du bruit et les performances des élèves. L’Association canadienne des orthophonistes et des audiologistes (ACOA) sonne l’alarme au sujet des méfaits d’une mauvaise acoustique dans les salles de classe et propose des pistes de solution [*].

Au Québec, la ville de Gatineau entend limiter la pollution sonore [*]. D’autres villes réglementent divers aspects de la pollution sonore [*].

L’exposition au bruit ne se cantonne pas au domicile, à l’école ou au lieu de travail. La pollution sonore durant les trajets est tout aussi redoutable. La lutte contre la pollution sonore doit donc s’accentuer. Une étude mondiale pour évaluer la pollution sonore des océans a même été entreprise[*].

Le nombre de nuisances et les niveaux sonores de celles-ci représentent en fait quelque chose de jamais égalé dans l’histoire, ceci malgré que les effets considérables du bruit excessif sur la santé et la qualité de vie des populations aient été démontrées dans des milliers d’études [*].

Pour approfondir le sujet :

Adobe PDF file format!De la pollution sonore

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s