Trouble d’Hyperactivité avec/sans Déficit de l’Attention

Le « Trouble d’Hyperactivité avec/sans Déficit de l’Attention » (THADA, ou TDAH au Québec) est une affliction d’origine neurobiologique qui entraîne un ensemble d’atteintes sur le plan des émotions, du comportement, de la cognition (pensée) et conduit à une susceptibilité à certains environnements.

Le signataire vous présente un modèle écosystémique et social (Classification du Fonctionnement, du Handicap et de la Santé) pour la prise en charge multidisciplinaire, interdisciplinaire, multidimensionnelle, et multimodale du THADA. Actuellement, le handicap étant considéré, par certains, comme PATHOLOGIE INDIVIDUELLE fondé sur les approches (bio)médicales et fonctionnelles, passéistes et primitifs.

Une approche globale et contemporaine utilise la CIF ou CIF-2 (Classification Internationale du Fonctionnement, du Handicap et de la Santé), fondé sur le modèle biopsychosocial et social, mettant l’emphase sur l’aménagement des services et des facteurs environnementaux, ainsi que l’organisation sociale et les relations de l’individu à la société (mise en accessibilité, adaptation de postes, aménagement, contrôle individuel accru sur les services, les prestations; élimination des barrières sociales, économiques et physiques; lutte contre tous les obstacles à l’insertion; reformulation des règles politiques, économiques et sociales; reconnaissance de la situation de handicap comme inhérente à la société; réduire les inégalités dans les droits d’accès à une pleine citoyenneté).

Dans cette perspective, l’intérêt d’approches interactives, tel que la CIF-2, s’inscrit également dans le développement du Processus de Production du Handicap (PPH) québécois du Réseau international sur le processus de production du handicap (RIPPH). Dans le cadre conceptuel du PPH, la déficience est liée à la personne et le handicap est une barrière dans l’environnement; sont pris en compte des facteurs de risque et une (inter)influence des facteurs personnels, des facteurs environnementaux et des habitudes de vie.

  • Un facteur de risque y est présenté comme un élément appartenant à l’individu ou provenant de l’environnement susceptible de provoquer une maladie, un traumatisme ou toute autre atteinte à l’intégrité ou au développement de la personne;
  • Un facteur personnel est considéré comme une caractéristique appartenant à la personne, tel que l’âge, le sexe, l’identité socioculturelle, les systèmes organiques, les aptitudes, etc. ;
  • Un facteur environnemental est présenté comme une dimension sociale ou physique qui détermine l’organisation et le contexte d’une société alors qu’une habitude de vie est une activité courante ou un rôle social valorisé par la personne ou son contexte socioculturel selon ses caractéristiques personnelles.

Le RIPPH est donc semblable à la CIF-2 sur lequel nous ferons nos observations. Le signataire propose ces textes sur ce blogue:

Le signataire propose ces documents (format pdf) suivants en cours de développement (work in progress) :

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s