La Classification du Fonctionnement, du Handicap et de la Santé

La Classification du Fonctionnement, du Handicap et de la Santé (CIF-2 ou CIH-2) est été utilisée à diverses fins :

  • comme outil statistique — pour la collecte et l’enregistrement de données (par exemple dans les études populations et les enquêtes démographiques ou dans le cadre de systèmes d’information pour la gestion);
  • comme outil de recherche — pour mesurer les conséquences des maladies, la qualité de vie et les facteurs environnementaux;
  • comme outil clinique — pour l’évaluation des besoins, le choix des traitements les plus adaptés à certains états de santé, l’évaluation d’aptitudes professionnelles, l’évaluation de la réadaptation et de ses résultats, etc. ;
  • comme outil de politique sociale — pour planifier la sécurité sociale, les systèmes d’indemnisation et la conceptualisation et la mise en œuvre de politiques ;
  • comme outil pédagogique — pour la conception de programmes, pour des campagnes de sensibilisation et pour la mise en œuvre d’actions sociales;
  • comme outil pour la prise en charge individualisée et répondant aux besoins spécifiques de la personne. Elle permettrait d’éviter la psychologisation, la médicalisation, et la psychiatrisation.

Bien que la CIF-2 soit en fait une classification des états de santé et des états liés à la santé, elle est également utilisée par des secteurs comme les assurances, la sécurité sociale, le monde du travail, l’éducation, l’économie, la politique sociale et le développement législatif en général, ainsi que la modification de l’environnement. C’est la raison pour laquelle elle a été acceptée comme l’une des classifications sociales par les Nations Unies, que l’on s’y réfère et qu’elle intègre les Règles pour l’égalisation des chances des handicapés.

Elle propose un cadre conceptuel de l’information applicable aux soins de santé individuels, y compris la prévention, la promotion de la santé et l’amélioration de la participation, puisqu’elle permet de lever ou d’atténuer les obstacles posés par la société et qu’elle encourage la mise en place de systèmes d’aide sociale et de facilitateurs. Elle est également utile pour étudier les systèmes de santé, qu’il s’agisse de les évaluer ou de formuler des politiques.

Ainsi, les « limitations fonctionnelles » constituent un concept distinct. Elles seraient davantage liées aux activités associées aux rôles sociaux qu’aux limitations établies par un examen médical [Nagi, Saad Z., 1965, p. 100-13]. Le modèle de Nagi considère en outre que « l’incapacité » est établie non seulement par les caractéristiques des « déficiences » comme leur type et leur gravité, mais aussi par la façon dont la personne définit une situation donnée et y réagit et la façon dont les autres définissent cette situation, comme en font foi leurs réactions et leurs attentes.

L’avènement de la CIF-2 illustrait un changement radical : plutôt que de considérer la personne ayant une incapacité comme une personne diminuée, elle décrit la structure corporelle, le fonctionnement, les activités et la participation d’une façon objective.

Selon l’approche générale et inclusive de la CIF-2, le terme générique « fonctionnement » désigne toutes les fonctions de l’organisme, les activités et la participation, tandis que le terme « incapacité » englobe l’interaction entre les déficiences et les limites imposées par des facteurs externes aux activités ou à la participation.

L’un des principaux objectifs de la CIF-2 consiste à établir un langage commun permettant de coder un large éventail d’informations sur la santé et les problèmes de santé, y compris l’incapacité. Grâce à ce langage normalisé, il est plus facile de comparer les états de santé entre les nations, les disciplines et les sciences.

Une « déficience » de structure peut consister en une anomalie, carence, perte ou autre écart important par rapport à une norme au niveau des structures anatomiques. Les déficiences ont été définies à la lumière des connaissances actuelles aux niveaux tissulaire ou cellulaire, et au niveau intracellulaire ou moléculaire.

Dans le cas du Trouble d’Hyperactivité avec/sans Déficit de l’Attention, le CIF-2 s’avère un outil pour l’évaluation des besoins, le choix des traitements les plus adaptés et répondant aux besoins spécifique à la personne, l’évaluation d’aptitudes professionnelles, l’élaboration de stratégies d’adaptations et d’aménagements, l’évaluation de la « réadaptation » et de ses résultats. La classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé (CIF-2 ou CIH-2), offre une base scientifique pour l’identification des variations du fonctionnement humain, permet d’établir un langage commun pour améliorer les communications, offrir un schéma systématique de codage pour les  systèmes d’information sur la santé. Elle favorise la prise en compte des aspects neuropsychologiques et cognitifs pour une intervention multimodale et multidisciplinaire en vue de mettre en œuvre un protocole de traitement multidimensionnel et holistique (perspective biopsychosociale) du TDAH s’avère essentielle dans la prise en charge de cette affliction.

Le CIF-2 décrit la situation des personnes, s’intéresse aux caractéristiques de leur santé dans le contexte de leur vie individuelle et des influences de leur environnement. Elle combine le modèle biomédical qui conçoit le handicap comme un modèle personnel résultant d’une maladie et requérant des soins médicaux, et le modèle social qui définit le handicap comme un problème créé par la société : elle représente le handicap comme le résultat de l’interaction des caractéristiques de santés personnelles de l’individu et des facteurs environnementaux.

L’incapacité est un concept multidimensionnel qui renvoie à des caractéristiques objectives et subjectives. La CIF-2 reflète la nouvelle approche écologique et systémique qui est fondée sur un modèle de « l’état de santé » plutôt que sur celui des « conséquences de la maladie » en donnant plus d’importance aux facteurs environnementaux. L’ancienne terminologie (déficience, incapacité, handicap) est remplacée dans la CIF-2 par « fonction et structure corporelles » et « activités et participation ».

Le signataire propose ces documents (work in progress) :